Connaissez-vous les teintures-mères et les alcoolatures ?

Si je vous dis, teinture-mère ou alcoolature, à quoi pensez-vous ?

Peut-être que la teinture-mère vous fait penser à l’homéopathie ou même à la teinture de tissu ; et qu’en est-il de l’alcoolature, mot dans lequel on retrouve « alcool » ?

Vous connaissez ? Bravo !

En effet, ce sont des préparations par macération dans l’alcool de plantes fraiches permettant de concentrer leurs principes actifs. Nous pouvons donc rassembler ces deux termes sous celui d’ « extraits hydro-alcooliques ».

Commençons par définir ce qu’est un principe actif.

Les principes actifs sont les substances aux fonctions différentes qu’une plante produit au cours de son développement. Elle les utilise, par exemple, comme moyen de défense contre des parasites ou autres agresseurs (micro-organismes), comme technique pour empêcher la croissance d’autres plantes à proximité et s’assurer une bonne nutrition, comme moyen de croissance ou pour le renouvellement de l’espèce. Ces principes actifs, appelés aussi métabolites secondaires, se classent en plusieurs catégories, les alcaloïdes, les flavonoïdes, les terpènes, les tanins, … selon leur fonction et se retrouvent dans les tiges, les feuilles, les fleurs, les écorces.

Comment préparer une alcoolature, une teinture-mère et quelles sont leurs différences ?

Une alcoolature est une extraction de principes actifs résultant de l’action dissolvante de l’éthanol, alcool utilisé, sur des plantes fraiches. Elle se fait en deux temps, tout d’abord, la plante est découpée ou broyée et mise à macérer à froid dans l’éthanol pendant une vingtaine de jours en remuant de temps en temps. Le titre de l’alcool utilisé doit être assez élevé, entre 60 et 95° pour tenir compte de la teneur en eau de la plante fraiche. Puis, la préparation est filtrée en l’exprimant (pressant).
Pour une alcoolature au 1/5, par exemple, on utilise 1 partie de plante fraîche (soit 200g de feuilles) pour 4 d’alcool à 60° (qsp 1000ml).

Une teinture-mère (TM), bien qu’elle soit réalisée avec des plantes fraiches, à un titre qui s’exprime par rapport au poids de plante sèche. Il est donc nécessaire de connaitre la teneur en eau de la plante pour ajuster l’alcool. Initialement, la teinture-mère constituait la souche de base pour la réalisation de dilutions homéopathiques.
Une TM est donc une alcoolature dont la préparation est codifiée par la Pharmacopée française au 1/10ème du poids sec de la plante mise en œuvre et possédant un degré alcoolique défini. Elle peut être très concentrée et obtenue par macération et distillation successives dans de l’alcool éthylique.
Ainsi, l’alcoolature sera, bien souvent, plutôt de fabrication « artisanale » alors que la TM sera disponible dans les pharmacies, sa vente étant réglementée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

A noter qu’il existe également des préparations appelées teintures (eh oui, tout est question de vocabulaire !), qui sont des extraits hydro-alcooliques mais réalisés à partir de plantes sèches !

Quelles sont les utilisations des alcoolatures et TM ?

Les alcoolatures et les TM sont utilisées en phytothérapie pour leurs propriétés thérapeutiques et accompagnent divers troubles, tels que les troubles digestifs, les douleurs articulaires, les infections respiratoires, les troubles du sommeil, etc.

Elles peuvent être ingérées (sous forme de gouttes à diluer dans un verre d’eau), appliquées en externe directement sur la peau ou utilisées comme ingrédient dans des préparations topiques telles que des compresses, des onguents ou des lotions.

Il est important de préciser que ces préparations contiennent de l’alcool éthylique, ce qui peut les rendre inappropriées pour certaines personnes, notamment celles souffrant de troubles hépatiques, les femmes enceintes et les enfants.
En cas de traitement médicamenteux ou de pathologies préexistantes, il est recommandé de consulter un professionnel de santé.

Ainsi, les extraits hydro-alcooliques sont riches en produits actifs solubles et non solubles dans l’eau, issus du totum (ensemble des molécules actives) de la plante qui leurs confèrent de nombreux bienfaits !



BONNES FETES DE FIN D'ANNEE
LE HOUX


Bonjour à tous,

En cette période de Noël et de fêtes de fin d’année, je voulais vous proposer quelques mots sur une plante phare qui n’est pas forcément considérée comme médicinale.
Vous avez deviné ? Non, ce n’est pas le sapin ni le pin ni le gui ! Alors, que pensez-vous du houx (Ilex aquifolium) que les druides vénéraient particulièrement ? Avec ses petites boules rouges, vous avez raison, cette plante est considérée comme toxique car ses baies contiennent de l’ilicine, un alcaloïde toxique, qui peut entraîner des troubles digestifs et neurologiques.
Mais savez-vous que ses feuilles et son écorce ont des propriétés toniques, stomachiques, diurétiques, laxatives, antispasmodiques et fébrifuges mais aussi antirhumatismales?
Pour cela, vous pouvez prendre 2 à 3 tasses par jour de décoction entre les repas (laissez bouillir 2 min et infuser 10 min une cuillerée à soupe par tasse selon de Dr Jean Valnet – dose à respecter) que l’on peut associer à un peu de cannelle, une épice de saison !
Prenez soin de vous.

Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année !

CONSEILS imageCONSEILS image